PROGRAMME 2017

Jeudi 26 janvier 2017

de 9 h à 17 h

Auditorium de la Grande Bibliothèque, entrée Berri
475 boul. de Maisonneuve Est, Montréal
_ carte itinéraire
_stationnement
 

Évaluation

de l’Événement de réflexion du Collectif des Fondations : Cliquez ici y répondre 
 

L’objectif de ce rendez-vous, intitulé « Un ensemble de politiques pour réduire les inégalités », est de présenter un ensemble de politiques visant à réduire ces inégalités. Des exemples internationaux seront présentés de même qu’une comparaison du Québec avec les pays qui obtiennent des résultats intéressants dans le domaine. Les participants seront invités à discuter des politiques québécoises et à identifier les avenues prometteuses en termes de réduction des inégalités.

_ Animation de la journée : Miriam Fahmy

_ Programme – version imprimable : télécharger *imprimer recto-verso | petit côté


  • 9h00

MOT DE BIENVENUE ET PRÉSENTATION DES OBJECTIFS DU COLLECTIF DES FONDATIONS

  • Jacques Bordeleau
  • Directeur général, Fondation Béati, et Porte-parole du Collectif des Fondations
  • Bio
    À l’emploi de la Fondation Béati depuis 1998, Monsieur Jacques Bordeleau en assume la direction générale depuis 2001. Ayant milité au sein du mouvement étudiant et communautaire pendant plusieurs années, Monsieur Bordeleau a œuvré comme organisateur communautaire dans le quartier Villeray à Montréal pendant une dizaine d’années avant son arrivée à la Fondation Béati. À titre de directeur général de la Fondation Béati, Monsieur Bordeleau a cherché à développer des voies nouvelles et concrètes afin de mettre son organisation au service du défi que pose le développement d’une société plus juste et solidaire au Québec. Monsieur Bordeleau assume depuis novembre 2014, la coordination du Collectif des Fondations. Il en est le porte-parole.

  • 9h10

PRÉSENTATION DES OBJECTIFS DE LA JOURNÉE ET DE SON DÉROULEMENT

Crédit : Alexandre Claude

  • Miriam Fahmy
  • Chercheuse, éditrice et animatrice
  • Bio
    Miriam Fahmy est chercheuse, éditrice et animatrice indépendante. Elle se spécialise dans les questions de démocratie participative, des inégalités sociales et des mutations du travail. Elle a oeuvré pendant 10 ans à l’Institut du Nouveau Monde, a dirigé une vingtaine d’ouvrages collectifs, dont L’état du Québec (2008-2014) et a tenu une chronique hebdomadaire d’affaires publiques au journal Métro (2014-2016). Miriam est titulaire d’une maîtrise en Langue et littérature françaises (Université McGill) et d’un baccalauréat en Administration des affaires (HEC Montréal). Elle a animé des dizaines de débats publics, de délibérations citoyennes et d’ateliers de discussion. Elle est enseignante invitée au Département de science politique de l’Université de Montréal, collabore au CIRCEM (Université d’Ottawa) et siège au comité éditorial du magazine Nouveau Projet. [www.miriamfahmy.com]

  • 9h15

LE CANADA ET LE QUÉBEC DANS LE MONDE : QUE NOUS DISENT LES PRINCIPAUX INDICATEURS DANS LES COMPARAISONS INTERNATIONALES ?

Crédit : Bénédicte Brocard

  • Marie-France Raynault
  • Professeure, École de santé publique de l’Université de Montréal (ESPUM) Directrice, Centre de recherche Léa-Roback
  • Avant de discuter des politiques pour réduire les inégalités au Québec, il est important de situer la société québécoise dans l’ensemble des pays développés. Le Québec y apparaît-il comme pauvre et endetté ? Les inégalités y sont-elles importantes  Et comment se comparent-elles avec celles des autres sociétés de l’OCDE ?
  • Présentation ppt
  • Bio
    La chercheuse Marie-France Raynault amorce sa carrière à titre de médecin au CLSC Centre-Sud de Montréal, où elle exerce la médecine familiale, en parallèle à une pratique hospitalière. Elle joint ensuite le Département de médecine préventive de l’Hôpital Saint-Luc, puis l’Institut universitaire de médecine sociale et préventive de Lausanne (Suisse). À son retour, en 1999, elle fonde l’Observatoire montréalais des inégalités sociales et de la santé (OMISS), un outil d’aide à la décision en fait de politiques et d’interventions publiques pour réduire les inégalités sociales de la santé, à la Direction de la santé publique de Montréal-Centre. En 2002, elle devient Directrice du Département de médecine sociale et préventive de l’Université de Montréal. Marie-France Raynault est maintenant directrice du Centre de recherche Léa-Roback sur les inégalités sociales de santé de Montréal. Elle oriente sa pratique de médecin spécialiste sur les interventions de santé publique susceptibles de réduire les inégalités sociales de santé. Ses recherches portent principalement sur les clientèles vulnérables et la pauvreté, les inégalités sociales de santé et les politiques publiques. Elle a été élue à l’Académie Canadienne des Sciences de la Santé en 2007.

  • 9h35

UN ENSEMBLE DE POLITIQUES POUR LUTTER CONTRE LES INÉGALITÉS : LEÇONS DE L’OCDE

  • Céline Thévenot
  • Analyste politique, Division des politiques sociales, Centre de l’OCDE pour les opportunités et l’égalité
  • Lors d’une réunion tenue à Paris en mai 2011, les ministres des pays membres de l’OCDE ont discuté un ensemble de politiques sociales visant à réduire les inégalités, assurer la reprise économique, le bien-être des familles et la solidarité intergénérationnelle. Ces politiques et des perspectives émanant du Centre for Opportunity and Equality de l’OCDE seront présentées.
  • Présentation ppt
  • Bio
    Céline Thévenot est analyste à l’OCDE. Elle travaille sur les inégalités, la redistribution des revenus et la mobilité sociale au sein du Département des Politiques Sociales depuis 2014. Elle a notamment contribué aux derniers travaux de l’OCDE sur les inégalités, publié récemment dans l’ouvrage « Tous concernés : Pourquoi moins d’inégalité profite à tous » (OCDE, Mai 2015). Auparavant, elle a travaillé sur les questions de pauvreté et d’exclusion sociale, en particulier les trajectoires de sortie de pauvreté, et leur lien avec le marché du travail au sein de la Commission Européenne. Auparavant, Céline Thévenot a occupé différentes fonctions au Ministère du Travail et à l’Insee en France. Elle a étudié l’économie à l’ENSAE Paris Tech et les statistiques à l’ENSAI et l’université de Rennes.
  • Documentation

  • 10h30

Période de questions


  • 10h45

Pause


  • 11h00

SOCIAL-DÉMOCRATIE 2.0 : LE QUÉBEC COMPARÉ AUX PAYS SCANDINAVES

  • Stéphane Paquin
  • Professeur, École nationale d’administration publique (ÉNAP), Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie politique internationale et comparée
  • L’objectif de cette présentation est de voir comment l’État intervient au Québec en comparaison avec les politiques social-démocrates scandinaves.
  • Présentation ppt
  • Bio
    Stéphane Paquin est professeur titulaire à l’École nationale d’administration publique. Il est également le titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie politique internationale et comparée. Il détient un doctorat de l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences po). Il a également été professeur à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke, visiting predoctoral fellow au département de science politique de l’Université Northwestern de Chicago, maître de conférence à Sciences Po Paris, professeur invité à l’Université de Montréal et directeur général par intérim de l’Association internationale de science politique (International Political Science Association). Il a rédigé, corédigé ou dirigé 18 livres et publié une centaine d’articles sur la mondialisation, sur la politique comparée et sur le Québec. Il a obtenu de nombreuses bourses prestigieuses, dont une Chaire Fulbright aux États-Unis, des financements du CRSH, du FQRSC et le PIERAN. Il a été sélectionné en 2008 dans le prestigieux International Visitor Leadership Program du gouvernement américain. M. Paquin est également ambassadeur accrédité du Palais des congrès de Montréal car il a été le président du comité d’organisation du congrès mondial de sciences politiques à Montréal en 2014.
  • Documentation

  • 11h45

Période de questions


  • 12h00

Lunch


  • 13h00

DES POLITIQUES D’ÉDUCATION POUR RÉDUIRE LES INÉGALITÉS

  • Claude Lessard
  • Professeur émérite, Faculté des Sciences de l’éducation, Université de Montréal
  • Après avoir mené une impressionnante carrière académique et assumé la présidence du Conseil supérieur de l’éducation,le conférencier propose des pistes de solutions pour réduire les inégalités en éducation.
  • Présentation ppt
  • Bio
    Pendant 40 ans, Claude Lessard a été professeur de sociologie de l’éducation à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal, dont il a été le doyen de 1991 à 1995. Cofondateur du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE), il s’y est intéressé au travail enseignant et à l’analyse des politiques éducatives. Membre de l’Académie des sciences sociales (Société royale du Canada), il a été titulaire d’une Chaire de recherche du Canada portant les métiers de l’éducation. De 2011 à 2015, il a été président du Conseil supérieur de l’éducation du Québec. Il préside le C.A. du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec.
  • Documentation

  • 13h30

Discussion avec les participants


  • 13h50

DES SOLUTIONS FISCALES POUR FAIRE AUTREMENT

  • Ianik Marcil
  • Économiste indépendant et chroniqueur
  • Principaux constats émanant du colloque « 10 milliards de solutions » tenu le 29 novembre 2016.
  • Présentation ppt
  • Bio
    Ianik Marcil est un économiste spécialisé en innovations technologiques, transformations sociales, justice économique et économie des arts et de la culture. Il s’intéresse notamment aux ruptures radicales que vivent nos économies, à la violence économique et technologique et aux liens entre arts, technologie et économie. Conférencier et chercheur indépendant, il intervient régulièrement sur de nombreuses tribunes au Canada et en Europe en plus d’être chroniqueur dans plusieurs médias. Il a travaillé et s’intéresse plus particulièrement aux secteurs des politiques d’innovation, des hautes technologies (TI, médias sociaux, biotechnologies, nanotechnologies, technologies de la santé), de l’économie des arts et de la culture, du manufacturier de pointe (« advanced manufacturing ») et de l’industrie financière. À ce titre, il fut appelé à être un collaborateur majeur dans la définition des principales grappes industrielles innovantes de Montréal, Québec, Toronto et au niveau provincial au Québec et en Ontario. Il est également régulièrement interpellé par des organisations de la société civile afin de les accompagner dans leurs prises de position publiques. Il est de plus auteur et directeur de collections aux Éditions Somme toute, à Montréal. Il a notamment récemment publié 11 brefs essais sur l’austérité et Les passagers clandestins : métaphores et trompe-l’œil de l’économie.
  • Documentation

  • 14h20

Discussion avec les participants


  • 14h40

Pause


  • 15h00

Philanthropie et politiques publiques : quel rôle pour qui ?

Discussion avec les participants


  • 15h40

DANS LE MONDE DE LA «REALPOLITIK» : REGARDS CROISÉS

_ Regard d’une observatrice privilégiée de la société québécoise

  • Josée Boileau
  • Journaliste indépendante, ex-rédactrice en chef au Devoir
  • Bio
    Journaliste depuis plus de 30 ans, Josée Boileau a travaillé dans plusieurs des plus importants médias québécois, dont La Presse, l’agence Presse canadienne, Télé-Québec, L’actualité et Le Devoir, où elle a passé la plus grande partie de sa carrière. Elle y a été successivement reporter, éditorialiste, directrice de l’information et rédactrice en chef. Elle fut également collaboratrice de l’émission Bazzo.Tv sur les ondes de Télé-Québec. Aujourd’hui, elle commente l’actualité à la radio de Radio-Canada, tient une chronique littéraire au Journal de Montréal et sur les ondes de RadioVM, participe comme animatrice ou panéliste à différents débats sur les sujets de l’heure et a publié cet automne l’ouvrage « Lettres à une jeune journaliste » (VLB éditeur). Récipiendaire de plusieurs distinctions, notamment le prix Femme de l’année en communication de la Fondation du Y des femmes en 2011, elle s’est vue décerner en octobre le prix Hélène-Pedneault de la SSJB de Montréal en reconnaissance de son engagement féministe.

_ Observations du point de vue des jeunes et des femmes

Crédit : Alexandre Claude

  • Aurélie Lanctôt
  • Journaliste, étudiante en droit et auteure
  • Bio
    Aurélie Lanctôt est diplômée en communications à l’Université du Québec à Montréal et étudiante en droit à l’Université McGill. Elle chronique sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première ainsi que pour diverses publications, dont La Gazette des femmes et Châtelaine. En 2015, elle publie Les libéraux n’aiment pas les femmes, aux éditions Lux, un essai sur l’impact de l’austérité budgétaire sur les femmes du Québec. À l’automne dernier, elle a également pris part à la tournée de consultation citoyenne du collectif Faut qu’on se parle. Elle s’intéresse principalement aux enjeux en lien avec le féminisme, la fiscalité et la justice sociale.

_ Changements récents dans les politiques sociales : impact sur les personnes pauvres

  • Serge Petitclerc
  • Analyste politique et porte-parole du Collectif pour un Québec sans pauvreté
  • Bio
    Analyste politique et porte-parole du Collectif pour un Québec sans pauvreté, M. Serge Petitclerc est politologue de formation. Issu des milieux populaires de la Basse-Ville de Québec, il milite dans les mouvements sociaux québécois depuis vingt-cinq ans. Dans son parcours militant, il s’est impliqué dans différents milieux : communautaire, défense des droits, économie sociale et étudiant. Il a aussi milité dans plusieurs organisations politiques progressistes et il s’est même porté candidat au conseil municipal de Québec à l’automne 2009. M. Petitclerc ne se considère pas comme un chercheur, un théoricien ou un expert de la lutte à la pauvreté, mais plutôt comme un « praticien », un militant profondément engagé pour la justice sociale. Associé au Collectif depuis sa création en 1998, d’abord comme militant et ensuite comme salarié, il participe à ce vaste réseau d’organisations populaires, communautaires, syndicales, religieuses, féministes, étudiantes et coopératives qui se battent pour construire un Québec sans pauvreté, égalitaire et riche de tout son monde. Une lutte qui ne pourra être gagnée, en toute solidarité, qu’avec les personnes en situation de pauvreté et les organisations qui les représentent.

  • 16h20

Mot de clôture : Une feuille de route pour les Fondations

  • Jacques Bordeleau
  • Directeur général, Fondation Béati, et Porte-parole du Collectif des Fondations

  • 17h00

Fin de l’événement