©2019 by Collectif des fondations québécoise contre les inégalités

À PROPOS DU COLLECTIF DES FONDATIONS

Un lieu de réseautage, d’apprentissage et de partage de réflexions concernant les inégalités sociales et le rôle des fondations dans le contexte social actuel.

Pour ses membres, le Collectif est un espace :

  • pour accroître la portée et le rayonnement de leurs interventions respectives;

  • pour être partie prenante d’une force d’influence et de propositions auprès des instances publiques et privées;

  • pour travailler sur des projets communs;

  • pour faire évoluer nos pratiques philanthropiques;

  • pour avoir une meilleure connaissance des autres fondations et élargir son réseau de contacts.

Historique

Le Collectif des fondations a vu le jour à la fin 2014, alors que 9 fondations philanthropiques ont réagi dans une lettre ouverte à une série de mesures de rigueur budgétaire mises en œuvre par le gouvernement du Québec.

À partir de ces débuts, le Collectif a continué à mobiliser une quinzaine de fondations dans un réseau de travail et de vigilance qui s’intéresse au rôle de l’État et de la philanthropie pour lutter contre les inégalités. 

 

Réunis au sein du Collectif, les membres :

  • partagent leurs préoccupations et portent ensemble des propositions pour enrichir le débat sur les politiques publiques susceptibles de réduire des inégalités;

  • approfondissent leur réflexion et échangent sur la contribution complémentaire des pratiques philanthropiques à atténuer les inégalités.

Ensemble, les membres du Collectif ont continué à manifester leur intérêt pour des politiques publiques favorables à la réduction des inégalités :

  • production d’un mémoire collectif dans le cadre des consultations pour un 3e plan de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, et lettre ouverte en amont de la parution de ce 3 e plan de lutte;

  • rencontres avec les sous-ministres du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale;

  • organisation de 2 événements ouverts aux alliés de la lutte contre les inégalités pour sensibiliser et pour débattre des options politiques :

Pourquoi se préoccuper des inégalités?

Les inégalités sur le plan des revenus et de la répartition de la richesse augmentent au Québec et à travers le monde. Ces disparités nuisent à l’égalité des chances et fragilisent la croissance économique, la solidarité sociale, la santé et le bien-être de la population.

De plus en plus d’observateurs et d’acteurs philanthropiques considèrent que les enjeux liés aux inégalités interpellent les fondations de façon particulière. Les fondations existent grâce à la générosité de donateurs privés qui ont souhaité redonner à la société – et qui avaient les moyens de le faire. À partir de ces origines, les fondations auraient la responsabilité sociale de chercher à réduire les inégalités par l’ensemble des leviers qui sont à leur disposition.

Pourquoi, en tant que fondations, s’intéresser au rôle des politiques publiques?

Depuis ses débuts, le Collectif affirme que l’État possède de loin les leviers les plus importants pour réduire les inégalités.

Nous croyons que les fondations doivent s’unir à d’autres pour promouvoir des valeurs sociales et des choix politiques en faveur de la réduction des inégalités.

 

Pour ce faire, elles peuvent mobiliser des atouts uniques : 

  • leur pouvoir témoin, à partir de l’étendue des organismes et des interventions soutenus;

  • leur expertise particulière par rapport à leurs créneaux d’intervention;

  • leur capacité d’agir pour faciliter le dialogue social entre acteurs de réseaux différents.

Nous sommes persuadées que les politiques publiques et l’action philanthropique peuvent agir de façon complémentaire pour lutter contre les inégalités.

 

À titre d’exemples : 

  1. L’efficacité des politiques redistributives appuie les efforts des fondations pour soulager et de lutter contre la pauvreté matérielle. 

  2. Les efforts des fondations pour favoriser le plein potentiel des jeunes et des moins jeunes vont plus loin lorsqu’ils s’appuient sur les politiques publiques d’accès à l’éducation et de soutien aux jeunes et aux familles. 

  3. Les politiques publiques favorisant l’emploi et la qualité des environnements de travail sont complémentaires aux efforts des fondations de soutenir l’économie sociale et l’insertion socioprofessionnelle. 

  4. Les efforts des fondations de soutenir l’inclusion et la participation sociale vont plus loin lorsqu’ils s’appuient sur un ensemble de politiques publiques favorisant l’égalité des opportunités de participation économique et sociale.

  5. Les efforts des fondations de soutenir le développement collectif inclusif sont épaulés par des politiques publiques visant une meilleure répartition des revenus, de la richesse et des opportunités de mobilité sociale sur le territoire québécois.

Nos collaborateurs