I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me. It's easy.

Face à la crise de la Covid-19

les fondations philanthropiques

se mobilisent et innovent dans leurs façons de faire

Aux côtés du rôle primordial joué par les pouvoirs publics, les fondations redoublent leurs propres efforts face à la crise sanitaire.

Depuis le mi-mars 2020, nous assistons à une mobilisation sans précédent des secteurs sans but lucratif et philanthropique à travers le Québec et le Canada ainsi qu’à l’international. Les fondations mettent à disposition leurs atouts uniques – leur autonomie et leur marge de manœuvre, leur proximité du terrain et leur pouvoir rassembleur – et montent leur réponse en collaboration étroite avec les pouvoir publics et les acteurs de la société civile. 

Les membres du Collectif des fondations, ainsi que des alliés d’autres réseaux de fondations au Québec, souhaitent s’assurer que cette réponse prenne bien en compte les réalités et les besoins des plus vulnérables de notre population. Elles prennent à cœur les principes directeurs d’action lancés par les grands réseaux canadiens d’infrastructure philanthropique ainsi que par des réseaux à l’international.

Le Collectif des fondations reconnaît et salue la réponse rapide et importante des gouvernements, qui jouent bien leur rôle et déploient des ressources extraordinaires pour répondre à la crise.  Pour sa part, le Collectif a toujours maintenu que les fondations philanthropiques occupent des créneaux d’action distincts et complémentaires à ceux de l’État et qu’elles ne pourront jamais se substituer à l’action des gouvernements.

Assurer la continuité
Depuis le début de la période de crise, les fondations ont d’abord cherché à assurer la continuité de leur présence auprès des organismes et des communautés qu’elles soutiennent.

Les effets de la crise se sont rapidement fait ressentir chez les organismes communautaires – capacité réduite d’opérations, demande accrue de la part des personnes vulnérables, besoin d’adapter rapidement leurs services, baisse de leur capacité de générer des revenus et pressions sur leur flux de trésorerie.

 

Les fondations restent en contact et à l’écoute des organismes et des communautés. Elles maintiennent une communication proactive concernant les positions et les mesures qu’elles prennent : voir l’exemple de la Fondation Lucie et André Chagnon.

 

Collectivement, les fondations québécoises ont été sollicitées par les grands regroupements intersectoriels du secteur communautaire pour :

  • Maintenir le financement des organismes, sans obligations de résultats;

  • Faire preuve de souplesse dans la reddition de comptes à venir, notamment en prolongeant les délais, et de faire de même pour les procédures de dépôt de demandes;

  • Mettre en place des mesures financières d’urgence accessibles à tous les organismes qui en font la demande, pas seulement les services de première ligne.

Les fondations sont bien sensibles aux réalités des organismes et toutes assurent une continuité dans leurs versements.


La plupart assouplissent les normes ou les restrictions imposées sur les subventions ou les dons existants aux organismes, en laissant par exemple les organismes convertir des montants accordés pour un projet spécifique en financement flexible afin de répondre à des besoins pressants.

 

Plusieurs allègent ou suspendent les exigences liées à la reddition de compte : voir l’exemple de la Fondation J-A. Bombardier.


Certaines fondations devancent les paiements, si leurs moyens le permettent.

Intensifier le soutien à la recherche
Aux côtés du rôle primordial joué par les pouvoirs publics, les fondations redoublent leurs propres efforts face à la crise sanitaire.

Plusieurs fondations intensifient leur soutien aux instituts de recherche québécois, appuyant à la fois leurs efforts dans la recherche d’un vaccin et des essais cliniques de traitements potentiels. Par exemple : 

Soutenir la capacité des organismes des première ligne de répondre aux urgences
Les fondations sont interpellées par les nouveaux besoins sociaux qui se présentent pendant cette période de distanciation sociale et de choc économique.

Les besoins auxquels les organismes communautaires de première ligne tentent de répondre sont nombreux :

  • Assurer qu’une information accessible et adaptée se rende aux personnes les plus vulnérables et les plus éloignées des services;

  • Offrir des mesures d’aide accrue pour contrer la détresse psychologique et l’accroissement de la violence conjugale; 

  • Adaptation de la chaîne d’approvisionnement en sécurité alimentaire;

  • Adaptation importante des soutiens en place pour les aînés et les personnes handicapées;

  • Adaptation des mesures de soutien et d’hébergement pour personnes itinérantes et/ou aux prises avec des dépendances.

Les Centraide du Québec et des fondations communautaires mettent sur pied des fonds d’urgence. D'autres fondations y contribuent. À titre d’exemple : à ce jour, les fonds d’urgence de Centraide du Grand Montréal et de Centraide Québec Chaudière Appalaches comptent onze fondations parmi leurs donateurs.

 

De plus, les fondations débloquent, réorientent ou recueillent de nouveaux montants pour faire des dons directs et des prêts d’urgence. Certains de ces dons vont à des partenaires terrain existants, d’autres vers de nouveaux partenaires ou de nouvelles initiatives proposant de répondre aux besoins des populations et des communautés les plus affectées par la crise. À titre d’exemple :

Assurer la collaboration et la coordination
Pour les fondations, la collaboration est devenue plus importante que jamais pour éviter de se dédoubler, pour bien repérer et combler les trous dans la réponse aux besoins immédiats, et pour anticiper et développer une réponse proactive aux besoins qui se présenteront à moyen terme.

Les fondations cherchent à se coordonner entre elles et avec les pouvoirs publics.

 

Centraide du Grand Montréal a intégré des « cellules de crise » mises en place par les Villes de Montréal, Laval et Longueuil – des instances de coordination des mesures d’urgence qui permettent aussi de partager l’intelligence de partenaires différents concernant l’émergence et l’évolution des enjeux.

La Fondation familiale Trottier, la Fondation Jarislowsky, la Fondation Molson et la Fondation Mirella et Lino Saputo (avec une invitation d'inclure d'autres fondations ou entités selon l’intérêt et l'évolution de la situation) se sont concertées pour créer un nouveau poste pour informer leurs démarches face à cette crise ainsi que pour soutenir la communauté philanthropique québécoise dans ses efforts de collaboration, en partageant les informations recueillies et identifiant des leviers philanthropiques potentiels.

Donner de la visibilité et mettre des solutions de l'avant
Les fondations donnent une vitrine aux enjeux sociaux et aux solutions à promouvoir.

Les fondations aident à donner une visibilité aux enjeux sociaux qui sont amplifiés par la crise Covid-19. À titre d'exemple, Mission Inclusion a soutenu la réalisation de l’analyse Inégaux devant le coronavirus de l’Observatoire québécois des inégalités.

 

Les fondations aident aussi à mettre en valeur les défis uniques et les solutions mises en place par les organismes communautaires pendant la crise. À titre d'exemple : 

 

Elles joignent leur voix à d’autres dans des initiatives de plaidoyer concernant les mesures publiques à court et à moyen terme. À titre d'exemple : 

Réfléchir au moyen et au long terme
Pour le Collectif des fondations, il sera important que les mesures de relance qui seront mises de l’avant à la sortie de crise sanitaire ne laissent personne de côté, et ne viennent pas accroitre les inégalités sociales. 

La plupart des fondations réfléchissent au moyen et au long terme, aux défis à anticiper et aux efforts à faire pendant la période de transition après-crise. 

 

Les fondations auront à prendre la mesure des impacts de la crise sur la société et sur l’économie, et à se réorienter de nouveau pour contribuer aux réponses à penser pendant la période de reprise et de relance.  De nouvelles vulnérabilités sociales se présenteront, des impacts sont à prévoir sur les finances publiques et sur la capacité de l’État de livrer des programmes publics.  

 

Pour leur part, les plus petites fondations aux capacités financières plus modestes ont vu leur moyens d'action amputés par la baisse importante des marchés financiers. Ces dernières cherchent actuellement à mesurer leur capacité d'action et à évaluer le role qu'elles pourront jouer dans les mois qui suivront.

 

En prévision du moyen terme :

 

  • La fondation McConnell soutient la création d’un collectif intersectoriel dont le mandat sera de concevoir des stratégies et des interventions pour différentes étapes de la crise en cours;

  • Le nouveau Fonds Collectif Covid-19 lancé par la Fondation du Grand Montréal vise entre autres à stimuler et appuyer le travail stratégique collectif nécessaire à la planification et au succès de la reprise et de la reconstruction des organismes communautaires au lendemain de la crise.

La mobilisation à l’heure actuelle sera riche d’apprentissages pour l’avenir.

Au cours des prochaines semaines, il sera important que les fondations commencent à réfléchir à comment faire pour bien capter ces apprentissages et pour bien les réinvestir afin d’informer leurs pratiques à l’avenir.

©2019 by Collectif des fondations québécoise contre les inégalités